+237 655 214 000   |   contact@itiss-group.com

Setup Menus in Admin Panel

B – NOTIONS PREALABLES

Notions qui sont utilisées en algorithmique

Les variables

On appelle variable tout emplacement de la mémoire de l’ordinateur dans lequel on stocke une information qui peut être changée. Une variable est donc constituée :

  • d’un nom qui permet de reconnaitre où elle se situe dans la mémoire de l’ordinateur ;
  • d’une valeur : l’information stockée.

 

Une affectation est une opération consistant à assigner une valeur à une variable.

 

Les constantes

On appelle constante tout emplacement de la mémoire de l’ordinateur dans lequel on stocke une information qui ne peut pas être changée après son initialisation. Elle constituée comme une variable :

  • d’un nom qui permet de reconnaitre où elle se situe dans la mémoire de l’ordinateur ;
  • d’une valeur : l’information stockée.

 

Déclarations

Pour être utilisé dans l’algorithme, tout élément créé par l’auteur de l’algorithme doit être déclaré. Cette déclaration consiste à donner le nom et le type de l’élément créé.

 

Les entrées et sorties

Les entrées sont les informations dont un algorithme a besoin pour produire les résultats attendus, tandis les sorties sont les résultats qu’il renvoie.

Pour gérer les entrées et les sorties, on distinguera deux catégories d’instructions :

  • Les instructions d’entrée de valeur (elles permettent à l’algorithme de demander à l’utilisateur de saisir une information);
  • Les instructions d’affichage (elles permettent d’afficher à l’écran une constante ou la valeur d’une variable).

 

Les structures conditionnelles

Si … non … alors

Ces instructions permettent de tester si une condition est vraie ou fausse, et de poursuivre le programme d’une manière différente selon que la condition est vraie ou fausse.

 

Syntaxe :

SI Condition

ALORS

Suite d’instructions à exécuter si la condition est vraie.

SINON

Suite d’instructions à exécuter si la condition est fausse.

FIN SI

 

Les opérateurs relationnels et logiques

Pour exprimer et tester une condition, on peut utiliser deux catégories d’opérateurs :

 

  • Des opérateurs relationnels

 

OPERATEUR RELATIONNEL DESCRIPTION AUTRE(S) NOTATION(S)
a = b teste l’égalité de a et de b ; a==b
a <b b teste si a est strictement inférieur à b
a≤b teste si a est inférieur ou égal à b a<=b
a>b teste si a est strictement supérieur à b
a≥b teste si a est supérieur ou égal à b a>=b
a ≠ b teste si a est différent de b. a !=b

a<>b

 

  • Des opérateurs logiques
OPERATEUR RELATIONNEL DESCRIPTION AUTRE(S) NOTATION(S)
Condition1 AND Condition2 Teste si les conditions 1 et 2 sont toutes les deux vraies &&
Condition1

OR

Condition2

Teste si une seule des conditions 1 et 2 est vraie ||
NOT Condition Teste si la condition est fausse !

 

Les boucles

Les boucles sont utilisées pour qu’une séquence d’instructions soit répétée un nombre donné de fois ou tant qu’une condition n’est pas remplie.

Il existe plusieurs types de boucles

 

Boucle POUR

Les boucles POUR sont contrôlées en faisant varier la valeur d’une variable appelée compteur entre une valeur de départ et une valeur d’arrivée en l’augmentant d’un pas donné appelé incrément.

Par défaut, cet incrément a pour valeur 1 mais il peut arriver qu’il soit différent de 1, et même négatif.

 

Syntaxe :

POUR compteur ALLANT DE ValeurDepart A ValeurArrivee

FAIRE

Suite d’instructions à répéter un nombre de fois égal à (ValeurArrivee – ValeurDepart)+1

FIN POUR

 

Boucles TANT QUE

Les boucles TANT QUE exécutent un groupe de commandes tant qu’une condition est vraie. Il existe deux variantes de boucles TANT QUE :

  • une pour laquelle la condition est testée en début de boucle

 

             Syntaxe :

     TANT QUE Condition

     FAIRE

Suite d’instructions à répéter tant que la condition est vérifiée

              FIN TANT QUE

 

 

  • une pour laquelle la condition est testée en fin de boucle.

 

         Syntaxe :

FAIRE

Suite d’instructions à répéter tant que la condition est vérifiée

        TANT QUE Condition

 

Types et structures de données

Types de données

Un type de données, ou simplement type, définit le genre de contenu d’une donnée et les opérations pouvant être effectuées sur la variable correspondante.

Exemples:

  • int représente un entier, on peut faire des additions, des multiplications.
  • La division est entière et on peut faire des décalages de bits …
  • Date représente une date, l’addition aura un certain sens, on pourra écrire la date sous certaines formes (jj/mm/aaaa ou « 10 Septembre 2009 »)

Les types les plus communs sont les suivants : int, float, double, char, boolean et le type pointeur, mis respectivement pour entier, réel, chaîne, caractère, booléen, pointeur.

 

Structures de données

Une structure de données est une manière particulière de stocker et d’organiser des données dans un ordinateur de façon à pouvoir les utiliser efficacement.

Différents types de structures de données existent pour répondre à des problèmes très précis.

Il existe des structures de données dites « de base » telles que les tableaux, les arbres ou les tableaux de hachage, et des structures plus complexes, qui peuvent être créées par l’auteur de l’algorithme pour répondre à des besoins spécifiques.

SEE ALL Add a note
YOU
Add your Comment

Related Courses Widget

Course

top
© ITISS Edu. Tous droits réservés.
X